Littérature, Littérature et culture

La fin des Pipelettes…

Suite à la pétition tenue à l’encontre d’ On a chopé la puberté, paru aux éditions Milan, et à l’arrêt de sa commercialisation, l’auteure des Pipelettes a décidé d’arrêter d’écrire et de dessiner cette BD.

Si tu vis sous l’océan (désolée), tu as peut-être zappé cette polémique monstre qu’a suscité le livre On a chopé la puberté des éditions Milan, dérivé de la BD Les Pipelettes.

Résultat de recherche d'images

Remise en contexte

Les éditions Milan avaient pour projet de publier une série de livres pour jeunes ados afin de leur expliquer les changements que subit leur corps durant cette période. Parmi ceux-ci se trouve On a chopé la puberté. Ce livre a été rédigé par deux auteures, Mélissa Conté Grimard et Séverine Clochard, et illustré  par l’auteure des Pipelettes, Anne Guillard.

Résultat de recherche d'images pour "le pipelettes bd"

Cependant, peu après sa publication, ce livre a fait l’objet d’un lynchage médiatique acharné. J’ai moi-même reçu une invitation sur The Nasty Uterus (porte bien s’nom) à signer la fameuse pétition réclamant l’arrêt de la commercialisation de ce livre. J’ai le regret de vous confirmer que la pétition a obtenu gain de cause. Oui, « le regret », et ceci pour plusieurs raisons.

 

Un livre dérivé des Pipelettes

Premièrement, l’un des reproches faits à ce livre est qu’il illustre quatre personnages blanches et minces. Mais rappelle-toi, mon p’tit, on parle d’un dérivé des Pipelettes, une bande dessinée humoristique qui illustrait le vécu de quatre ados blanches et minces. Par volonté raciste ou grossophobe? Ben non, l’auteure avait peut-être en tête quatre jeunes filles qu’elle connait/a connu/a été. Il ne faut pas chercher à diaboliser un manque de diversité humaine dans une oeuvre. Ça ne veut pas dire qu’on exclut des catégories de population ou qu’on les dénigre par omission. C’est juste qu’on imagine souvent des personnes qu’on a en tête et qui nous ressemblent ou ressemblent à nos proches (ou moins proches), d’une façon ou d’une autre. Je ne suis pas contre la discrimination positive, parce que c’est vraiment là que nous en sommes, de nos jours. Mais il ne faut pas l’imposer à la créativité et à l’inconscient des gens, ça serait tout bonnement ridicule (et impossible, accessoirement).

jimmy fallon what GIF

De plus, on reproche au livre de présenter des passages « sexistes » et s’assurant que les jeunes filles deviennent de braves « femmes-objets ». Voici un passage diabolisé par les médias:

on a chopé la puberté diabolisé.png

Mon p’tit, après avoir lu le bouquin, je peux t’assurer que ça n’est pas le cas. Du tout. En fait, ces passages estampillés « sexistes » sont ceux d’Anne, la blonde (il y a deux personnages qui s’appellent Anne, je n’associe pas une couleur de cheveux à de la superficialité). Parce que la puberté est vue à travers les yeux de quatre filles avec des personnalités et problématiques pubères différentes.

puberté.jpg

Ce qui m’amène à mon deuxième point: les extraits présentés étaient sortis de leur contexte… Emphysème et coryza!

 

Des extraits sortis de leur contexte

J’ai trouvé les passages exposés odieux et les propos tenus par The Nasty Uterus justifiés jusqu’à ce que mon esprit critique ne vienne me tarauder. Je n’avais pas lu l’œuvre et je ne savais pas ce qu’il y avait d’autre autour des extraits montrés, je ne pouvais donc pas poser de jugement objectif sur la chose. Je n’ai donc pas signé cette pétition ridicule, plus proche de la censure médiévale que ce livre qui, comble du comble EST étiqueté comme médiéval, de par les « idées véhiculées ».

148.249 personnes mobilisées contre un livre écoulé à 5000 exemplaires : donc des gens qui n’ont pas lu ce livre avant de le critiquer accusent l’éditeur de ne pas avoir lu ce livre avant de le publier, et estiment devoir empêcher les autres de le lire.

Vous avez le droit de trouver que les auteures auraient pu donner des conseils plus judicieux, ou que les extraits que vous avez vus tourner ne sont pas adaptés ; vous avez le droit de trouver ce livre idiot, ringard ou inapproprié… Mais si vous réclamez qu’on fasse disparaître un ouvrage parce que vous n’en approuvez pas le contenu, alors c’est vous qui vivez au Moyen Âge.

Annie Guillard

C’est vraiment faire un bon en arrière dans l’histoire. Quand un livre ou un film est mauvais, on ne demande pas d’en arrêter la commercialisation. Le livre en question n’était pas mauvais quand on le lit avec ses yeux de jeunes filles. J’ai vraiment retrouvé la moi de 13 ans, dans ce livre. Parce que oui, la plupart d’entre nous n’était pas forcément indépendante, objective et féministe. Beaucoup d’entre nous étaient mal dans leur peau, avaient vite « la honte » et j’irai même jusqu’à croire qu’on cherchait toute le « regard des garçons ». C’est physiologique de chercher à attirer l’objet de son désir, quel qu’il soit, et le désir de plaire est bien présent à l’adolescence. Ça n’a rien de honteux, de réducteur ou de ridicule. Bien sûr, certains passages sont maladroits mais ça concerne 5% de la chose. Les maitres-mots de ce livre pour ados sont de ne pas se comparer aux autres et de communiquer tout mal-être à ses proches. D’une bienveillance à être sanctifié, ce livre!

 

Un lynchage médiatique très actuel

Mesdames les Inquisitrices, vous êtes arrivées à faire censurer un bouquin inoffensif ET instructif pour les mômes. Si vous en êtes fières, moi je me pose de sérieuses questions sur notre société… On reproche le lynchage médiatique, on veut la sécurité et le bien-être de nos enfants et qu’ils soient des adultes indépendants et intelligents, avec de vraies valeurs. Quand je vois ce que certain(e)s d’entre vous ont fait, j’ai honte. Vous avez jugé une œuvre sans la lire, pour la plupart, ni vous en faire votre propre opinion. Vous avez tout bonnement suivi, comme des moutons, l’avis de quelques personnes aveuglées par la haine ou autre. La foule est bête et méchante, et n’a aucun sens critique. La foule a tué les Pipelettes.

Il m’est impossible de continuer de dessiner les Pipelettes comme s’il ne s’était rien passé, ce qui reviendrait à accepter tacitement cette situation. Le résultat de cette polémique éclair sera donc la disparition de toute une collection créée, écrite, et éditée par des femmes, et publiée par un éditeur jeunesse qui s’est publiquement engagé pour l’égalité des sexes.

Les Pipelettes étaient à l’origine les héroïnes d’une petite BD d’humour publiée depuis 10 ans dans un magazine ; elles sont très populaires auprès des jeunes lectrices. Tellement que Milan a voulu en faire les mascottes d’une collection de livres thématiques dont le texte a été confié à deux journalistes habituées des publications pour pré-ados. Nous avions déjà commencé à travailler sur les thèmes des prochains livres : le collège, la confiance en soi… Il aura fallu à peine 48h pour ruiner publiquement cet univers.

Annie Guillard

Résultat de recherche d'images pour "les pipelettes bd"

 

Xx Lily

 

Crédit photo à la Une: Anne Guillard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s