Linguistique, Philo et lettres

De la légitimité du français de Belgique – Partie 2

On a vu comment le français a émergé dans le domaine de langue d’Oïl, qui comprend la région wallonne. Place maintenant aux clichés, institutions et reproches faits au français de Belgique.

L’auto-dépréciation des Belges

Au fur et à mesure de l’évolution de la langue française, en filigrane avec la culture française, les Belges ont commencé à développer une certaine gêne envers leurs parlers locaux. En effet, alors que les Français bénéficient d’un rayonnement culturel, de par les suites de la Révolution et de leur raffinement culturel reconnu et admiré dans le monde, les Belges souffrent encore sous le joug du peuple hollandais qui le gouverne. La langue française y est dénigrée au profit du néerlandais, indispensable pour se trouver un excellent job.

Quand, enfin, en 1830, les Belges obtiennent leur indépendance, ils décident de mettre en valeur leur culture. On voit la naissance de différents auteurs de langue française de Belgique ainsi que des artistes. Parmi ceux-ci, nous retrouvons: René Magritte et Charles de Coster. On voit s’opérer une préférence pour la langue française, longtemps bafouée par les néerlandophones, au détriment de ces derniers.

Résultat de recherche d'images pour "la roue tourne va tourner gif"

Au sein des foyers, avec l’avènement de la radio et, plus tard, de la télévision, les variétés françaises wallonnes sont abandonnées au profit d’un français plus standard (celui de la radio et des chaines francophones). Néanmoins, si cette adoption se fait facilement en terme de vocabulaire, il reste difficile de perdre les accents locaux.

Résultat de recherche d'images pour "ulenspiegel de coster"

Après la première guerre mondiale, la France perd son statut de super-puissance au profit de l’Amérique. Alors, pour retrouver un peu de hauteur, les Français se tournent vers leurs voisins pour les déprécier à leur avantage. C’est la naissance des pervers narcissiques de masse des clichés du Belge bê-bête et du Suisse très lent. En parallèle, et contradictoirement, les Belges acquièrent un sens de l’autodérision assumé.

 

Les clichés liés au français de Belgique

Mais que reproche-t-on exactement au français de Belgique? Eh bien, il s’agit de parlers lourds, gras maladroits et dont les accents donnent un air bêta à ses locuteurs. Rien que ça… Il faut dire que l’un de nos politiciens à tout fait pour conforter les francophones dans cette optique. Il s’agit de Michel Daerden, paix en son âme. Quand les français ont découvert ce Monsieur, il a vite fait le tour des chaines françaises, rappelant à tous que les Belges sont tellement bêtes qu’ils élisent des ivrognes stupides pour gérer leur gouvernement. Sauf que… M. Daerden était un homme très intelligent, quoi qu’on en dise, et bien qu’il ait eu des problèmes avec la bouteille.

Résultat de recherche d'images pour "michel daerden tout le monde aime papa"

De surcroit, dans les émissions télévisées diffusées sur les chaines françaises, les Belges qui y participent sont toujours des barlosses de service (explication du terme ici). Je sais que les médias filtrent l’info et qu’ils présentent leurs émissions et les nouvelles de manière à ce que les gens aient l’opinion qu’ils veulent qu’ils aient (d’où l’importance de varier et de trier ses sources, mon p’tit). Mais je suis sure, que quand ils organisent un casting, les Belges moyens sont laissés à l’écart et on garde les clichés grotesques pour conforter les gens dans l’optique du Belge ridicule, sale, sans classe et avec un accent rigolo. Cela me désole profondément, mais que veux-tu, mon p’tit…

D’ailleurs, petite anecdote.

L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte

Oops…

J’ai travaillé à Belfast dans un Call centre avec des Français, tous de la région de Paris. Quand je leur ai dit que j’étais belge, ils étaient surpris. Certains m’ont même demandé de « parler le belge ». J’ai pas trop compris. Puis, un autre (Rossini, si tu lis ceci…) m’a demandé si je me corrigeais exprès pour parler français. Ben non, je parle comme ça.

Je vais pas vous mentir, moi aussi, parfois, quand j’entends certains francophones (belges ou français) à la télé, j’ai les oreilles qui saignent et j’ai envie de rire. Mais la variété fait la richesse d’une langue. Et que serait la vie sans les quiproquos linguistiques et culturel?!

 

Les institutions de langue française de Belgique

Tout comme il existe une Académie Française, en France, nous avons l’Académie de Langue et Littérature Françaises de Belgique (ou ARLLFB), fondée en 1920. Voici quelques différences qui la caractérisent par rapport à son « équivalente » française. Tout d’abord, cette académie, qui compte également 40 sièges, a été, dès le départ, accessible à la gent féminine. En effet, Anna de Noailles, par exemple, est devenue membre de l’ARLLFB dès 1921. Ensuite, l’ARLLFB est ouverte aux membres étrangers. Enfin, sache, mon p’tit, que la composition de cette assemblée comprend deux tiers de littéraires pour un tiers de philologues, ce qui est important quand il s’agit de prendre des décisions en terme de langue française.

Résultat de recherche d'images pour "ARLLFB"

Ceci conclut mon article sur la légitimité du français de Belgique. J’espère que tu auras appris quelque chose. Si pas, tant pis! Grosses baises.

Xx Lily

Pour aller plus loin:

Le français en Belgique: Une langue, une communauté. Sous la direction de Blampain D., Goose A., Klinkenberg J.-M., Wilmet M.

Site de l’Acadélie de Langue et Littérature française de Belgique

 

Crédit photo à la Une: Franquin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s