Santé, Sérénité

Hygge

Hygge est l’hymne du bien-être à la danoise. Mon engouement pour la Scandinavie est tel que je me suis penchée sur cette philosophie de vie avec grande attention.

Tu l’auras sans doute remarqué, je suis obsédée par les pays scandinaves. Il émane de ces pays une ambiance douce et sereine qui m’apaise et me fait envie. Mon engouement est tel que j’envisage un voyage en Laponie en plein mois de janvier et de plonger dans un lac gelé. Oui, mon p’tit, j’ai craqué mon slip.

Aujoud’hui je vais te résumer ce qu’est l’art du bien-être à la danoise, ou Hygge pour les intime. J’avais lu un résumé rapide à ce sujet, sur l’appli SmartPhone My Little Beauty, et, après avoir trouvé ce petit livre de Louisa Thomsen Brits, dans ma librairie de prédilection, je me suis jetée à bras ouverts dans la sagesse des Danois.

hygge-danoise-bien-être

Hygge, définition et origine

Le terme Hygge vient de la forme hu, qui signifie pensée, esprit, courage, en vieux norrois (langue ancienne utilisée en Scandinavie au sens large). Quant à la flexion Hyggja, elle signifie penser. En danois médiéval, Hygge signifie encourager, consoler.

Les Danois ont appris a apprécié toutes les petites choses de la vie et s’intéressent à la sphère intérieure des gens (en contraste avec le monde extérieur en mouvement), des lieux et des choses. Les bases de la pratique du hygge se trouvent dans l’appartenance, la confiance, la connexion, la communauté, la mutualité, l’affinité, la sécurité, le foyer, le contentement, l’authenticité, la présence et l’amour. Les Danois ont banni l’idée d’une culture élitiste, car trop superficielle. ils ont préféré mettre en avant la famille, l’intimité et l’instant présent, tout en mettant de côté l’esprit compétitif.

hygge-danois-bonheur-bien-être.jpg

 

Dans la vie de tous les jours

Un sentiment d’appartenance

Pour hygger, il faut se rassembler en petits comités, pour renforcer le sentiment d’appartenance. Ces rassemblement se font dans des endroits familiers et réconfortants. L’idée est de créer un cercle de chaleur, groupés autour d’un feu, d’une table. On retrouve, donc, l’importance de la vie de famille. Avec nos proches, nous pouvons être nous-mêmes et nous nous acceptons mutuellement. C’est un cadre affectif réconfortant.

hygge-appartenance-bonheur

 

Une connexion « horizontale »

Au travail, il faut être soi-même, simple et décontracté (dans la tenue également). Il est indispensable, pour ce faire, qu’il y ait un certain confort au niveau du mobilier. Chez les Danois, dans le monde du travail, c’est la communication et de la hiérarchisation horizontale (employés = équipe) qui prévalent. Les employés sont vus comme les membres d’une équipe et ne se voient pas écrasés par leurs supérieurs.  En outre, un peu comme les Suisses, les Danois s’assurent que le travail se passent bien et à un rythme confortable pour éviter le surmenage.

 

Une confiance mutuelle

Ensuite, vient l’importance de la confiance et de sa réciprocité. Il est primordial d’avoir une vie sociale riche faite de moment de qualité avec des amis proches pour notre santé et notre longévité. Il est important de maintenir un équilibre entre les individus, une certaine égalité, et d’éviter les conflits. Sont exclus tous les types de comportement consistant à se prendre trop au sérieux. De surcroit, quand on peut compter sur les autres, on est moins enclin à la consommation pour combler nos manques.

A tout cela s’ajoute la nécessité de profiter du moment présent et de ne pas penser à ce a qu’il y a autour, avant et après. Il faut mettre nos soucis entre parenthèses et jouir de l’instant partagé avec nos proches et nos amis.

 

Un refuge et une sécurité

La sécurité englobe les principes de paix, de tranquillité d’esprit et de bien-être. Le côté prévisible et familier, conjugué à la confiance confère sa stabilité au quotidien des Danois. L’amitié est un refuge. Les rassemblements entre amis et membres d’une famille, lors de diners, de séances au ciné, d’activités… L’amitié, c’est s’abriter mutuellement en étant à l’écoute.

 

Ce que j’ai appris

Quand je compare ce que j’ai lu dans ce petit livre sur le hygge et mes actions au quotidien, je me sens cynique et compétitrice et, ma foi, un chouïa malveillante envers certaines personnes. Je suis sure de ne pas être la seule dans ce cas. On aime faire toujours mieux, gravir des échelons hiérarchiques et obtenir toujours plus. Et se vanter de ses exploits, de manière plus ou moins expansive, selon la personne.

Je ne peux pas forcer les gens à hygger mais je peux apporter un peu de bonheur et de bienveillance en mettant mes préjugés (sur les chômeurs de longue durée, par exemple) de côté et vivre ma vie sans me comparer aux autres. La communication est un aspect essentiel de la vie mais il doit rester bienveillant. On s’épaule en communiquant et on allège l’autre de son fardeau, quel qu’il soit. Si on passe son temps à se comparer aux autres pour se sentir mieux, c’est qu’il y a un problème. Et si on leur en fait part, alors c’est qu’on est un pervers narcissique…

Ensuite, bien que je ne puisse pas forcer mon patron à alléger ma charge de travail, je peux néanmoins mieux répartir mes jours de congé au cours de l’année et organiser mes tâches de manière à éviter tout stress et tout surmenage. Le yoga, la sophrologie et la méditation sont d’excellents moyens de contrer le stress ambiant et de travailler efficacement avec aisance et joie (si, si).

En outre, pour pouvoir apprécier mon train-train quotidien, je peux voyager, sortir avec des copines et m’accorder du temps en famille. C’est une sécurité que j’aime retrouver de temps à autres. Pour être honnête, quand je vivais à l’étranger et que j’avais un coup de mou ou que j’étais tristounette, je m’arrangeais pour rentrer chez mes parents pour pouvoir siroter un verre de crémant en leur compagnie devant le feu de bois, en taquinant les chats. J’ai eu la chance d’être élevée par des personnes bienveillantes qui hyggent certainement sans le savoir, et avec qui, chaque réunion est une partie de plaisir.

Enfin, il faut que je ré-apprenne à faire confiance aux autres sans penser qu’ils ont une intention malveillante envers moi. Si je reste bienveillante, il n’y a pas de raison que cela me retombe dessus. Et, là encore, je ne peux pas forcer les gens à hygger et à être bienveillants.

trust GIF

Mauvais exemple…

Il faut donc accorder cette confiance à des personnes, amis ou proches.

En conclusion, cette lecture m’a appris à recentrer mes priorités et m’a permis de remettre certains comportements en question. J’ai également compris, que, d’une certaine manière, je hyggais parfois, sans le savoir.

J’espère que cette bulle de bienveillance et de bonheur t’aura permis d’en apprendre sur les aspects de la vie des Danois et sur leur mentalités. Et puis, hyggons gaiement, c’est vendredi! Des bisous…

Xx Lily

3 réflexions au sujet de “Hygge”

  1. Coucou! Je crois que nous hyggons et que mes parents hyggent sans le savoir! Je connaissais l’expression mais c’est bien d’en savoir plus!
    Si seulement ça pouvait rendre les gens plus bienveillants, moins dans le jugement… moi, je dis, tous au hygge! 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s