Littérature et culture, Médias, Philo et lettres, Séries

The Hauting of Hill House (sans spoiler)

Salut mon p’tit! Je reviens ce lundi pour « égayer » ta semaine avec une revue de série horreur.

The Hauting of Hill House est une mini-série Netflix de dix épisodes, sortie le 12 octobre dernier, et qui est une adaptation sur petit écran du livre de Shirley Jackson du même nom. La couleur est annoncée dès le départ: il s’agit d’une série d’épouvante, au même titre qu’American Horror Story.

the-haunting-of-hill-house-revue

 

L’histoire

En 1992, la famille Crain s’installe, à titre temporaire, dans le vieux manoir de Hill House avec leurs cinq enfants. Le but est de retaper la baraque avant de la revendre à prix d’or. Ils y vivent des événements étranges et une perte tragique, ce qui les force à quitter précipitamment le manoir. 26 ans plus tard, en octobre 2018, la famille se réunit à nouveau suite au retour de ces curieuses manifestations et à un nouveau coup dur.

 

La trame narrative

La trame narrative est excellente et d’une qualité rare. Chaque épisode s’intéresse au vécu, à la perception et à la qualité de vie de chacun des sept personnages.

De nombreux flash-back montrent ce que chacun a vécu et nous en apprennent un peu plus sur cette fameuse nuit où tout a basculé.

C’est une trame narrative très décousue et lente, mais pleine de suspense. Tout se met en place au moment du dénouement final et on comprend mieux ce qu’il s’est produit alors et pourquoi.

 

De l’importance de la communication

The Haunting of Hill House est avant tout une histoire de famille. Dès le départ on sent que cette famille est brisée par le manque de communication, et cela à des degrés divers.

the-haunting-of-hill-house-revue-cast.jpg

Une famille brisée

En effet, tout d’abord, aucun des enfants ne sait ce qui s’est passé lors de leur dernière nuit dans la maison. Ils n’en parlent jamais et ceci a pour conséquence de forcer les liens familiaux, et leur relation avec leur père, plus particulièrement. Les membres de la famille sont dispersés à travers les États-Unis et ne se réunissent qu’en cas de situations extrêmes. De plus, ils ne sont pas là pour s’écouter les uns les autres, ce qui a des conséquences désastreuses sur le développement personnel de chacun. Quoi qu’il en soit, ils se comportent tous de manière exécrable, les uns envers les autres, et plus d’une fois, j’ai eu envie de rentrer dans l’écran pour leur en coller une.

Des vies brisées

Ils sont tous victimes d’apparitions diverses mais personne n’en parle jamais. Plus d’une fois j’ai eu envie de les secouer et de leur dire « mais vas-y, dis-lui ce que tu as vu! », en vain. Et puis, quand, enfin, l’un d’entre eux se décide à cracher le morceau, personne ne veut l’écouter. Ce manque de communication face à ces phénomènes paranormaux pousse les enfants à adopter des comportements différents.

Steven, l’aîné, qui n’a rien vu du tout, la nuit de la fuite, se comporte comme un égoïste fini et utilise l’histoire de la famille pour en écrire des livres, assurer sa renommée et sa richesse.

Shirley est une thanatopractrice perfectionniste, doublée d’une égocentrique et d’une control freak qui veut tout régenter et qui n’est absolument pas ouverte à la communication.

Theodora est doté d’une sensibilité particulière qui la sert énormément dans sa vie professionnelle et la dessert pourtant dans sa vie privée. Elle ne veut pas partager ses émotions et ses sentiments avec autrui. Pas même avec les membres de sa famille.

Nell souffre de paralysie du sommeil et du manque d’attention de tous.

Luke a tellement peur de ces apparitions qui le surprennent régulièrement, qu’il se jette sur la consommation morbide d’héroïne. Depuis dix ans, c’est un junkie qui fait des passages réguliers en centre de désintox.

Voici la situation de départ de la série. Tout se complexifie au fur et à mesure du déroulement de la trame narrative, évidemment.

 

Une série d’épouvante

Concernant la perspective de l’épouvante, la série répond aux critères dans le sens où il y a usage du jumpscare à intervalles réguliers. Je t’avoue que j’étais pas très à l’aise en regardant les épisodes! Ces enfants ont vu des choses épouvantables et il n’est pas difficile de comprendre pourquoi ils sont tous à côté de leurs pompes, ce dont ils sont conscients.

En outre, on est dans une situation de malaise constant avec une omniprésence de la mort. On a peur avec les personnages et pour les personnages parce qu’ils sont tous tellement paumés et attendrissants, à leur manière, qu’on aimerait les aider à aller mieux.

Enfin, ce malaise ambiant est doublé d’une atmosphère angoissante propice à l’apparition de fantômes divers et d’événements monstrueux. Cette angoisse ambiante est entretenue par le mystère de la chambre rouge dont on entend sans cesse parler mais qui restera un mystère jusqu’à la fin.

the-haunting-of-hill-house-revue-chambre-rouge.jpg

Je dirais que la série entre davantage dans la catégorie de tragédie horrifique car l’épouvante est une dimension bien présente mais de valeur égale à la dimension tragique de la série.

 

Conclusion

C’est une excellente série que je te recommande en cette saison, si proche d’Halloween. J’ai binge-watché les dix épisodes en trois jours (ne me juge pas, stp!) et je n’aurais pas su me décrocher de mon écran sans savoir ce qui allait arriver à cette malheureuse famille. Clairement, il ne faut pas la regarder si tu es en pleine dépression. Je me suis pris une bonne claque en regardant cette série. Il ne faut jamais minimiser l’importance de la communication au sein de la sphère familiale. Il y a également pas mal d’acteurs inconnus au bataillon et qui jouent avec une sensibilité extrême, comme si leur vie en dépendait. Un divertissement parfait, en somme, que je te conseille de consommer sans modération.

Et toi, tu as déjà vu cette série ou comptes-tu la regarder? Qu’est-ce que tu en as pensé?

Xx Lily

14 réflexions au sujet de “The Hauting of Hill House (sans spoiler)”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s