Beauté, Santé

Comment j’ai appris à zapper le maquillage de ma vie

Salut, mon p’tit! Aujourd’hui je reviens sur l’une des mes résolutions, particulièrement difficile à tenir: zapper le maquillage.

La semaine dernière je te faisais un compte-rendu de la manière dont je me débrouillais avec mes résolutions de 2019, ici. Parmi celles que j’ai réussi à tenir, il y a l’abandon du maquillage. Tu vas me dire qu’on s’en fout et que c’est futile. Ceci dit, en pratique, ce fut très difficile, et ceci, pour plusieurs raisons.

comment-zapper-le-maquillage

Je ne suis pas maquillée sur cette photo. J’ai même une petite gueule de bois. Et je m’en fiche!

Le poids du patriarcat

C’est un fait, je ne vais pas te l’apprendre, que notre société est très patriarcale. Selon le CNRTL, l’adjectif « patriarcal » se réfère à ce qui est organisé selon les principes du patriarcat. Toujours selon le CNRTL le patriarcat est un:

Type d’organisation sociale où l’autorité domestique et l’autorité politique sont exercées par les hommes chefs de famille

Mais qu’est-ce que cela implique, morbleu! Eh bien, cela implique qu’une série de règles de bienséance sont établies par nos compères couillus et qu’il faut que nous nous y conformions sous peine de paraitre marginale ou vulgaire. Je ne vais pas revenir sur la longueur de la jupe ou le fait de ne pas s’épiler.

C’est un fait, le poids du patriarcat a un impact sur notre mode de vie et sur les diktats de la mode, entre autre chose. Le maquillage ne fait pas exception. Une femme correcte portera un peu de maquillage mais pas trop pour ne pas sombrer dans la vulgarité. En ce qui concerne le port de maquillage sur un lieu de travail, on va dire que le port de maquillage dépend un peu du poste que l’on occupe.

On ne va pas casser les pieds d’une cueilleuse d’oranges si elle ne porte pas de maquillage et qu’elle n’a dormi que 5 heures. Par contre, dès qu’il s’agit d’un travail bureaucratique, il est impératif d’être tiré(e) à quatre épingles. Et pour les femmes, ceci implique d’avoir l’air fraiche et jeune comme la rosée du matin. Je travaille dans un bureau et on s’attend à ce que je représente la société en affichant un minois sans défaut. C’est dur et stupide parce que je reste un être humain qui subit les affres du yo-yo hormonal et l’épuisement de longues semaines de boulot. Mais cela n’est pas la seule chose qui me pousse à me maquiller.

Le regard d’autrui

À ce poids du patriarcat, s’ajoute celui du regard d’autrui. On peut être la personne la plus assurée au monde, il est très difficile d’être confronté(e) au jugement des autres sans être déstabilisé(e).

comment-j'ai-zappé-le-maquillage

Si tu as mal dormi et que tu n’as pas eu le temps de te maquiller, on va tout de suite te dire « Mais qu’est-ce qui se passe? » ou « tu es malade? ». Parfois, tu as fait le tour de l’horloge, t’es en forme comme ja-ja, pis t’as quand même pas eu le temps de te maquiller et tu as droit à des remarques du style « t’as l’air au bout de ta vie » ou « tu as les traits tirés, faudrait dormir davantage ». Faudrait surtout que t’apprennes à te te taire et à considérer l’effet de tes propos avant de lâcher ta diarrhée verbale. Oui, mon vocabulaire laisse à désirer, en ce moment…

Au début, ces remarque m’agaçaient. Par la suite, j’ai appris à les ignorer ou à répondre carrément. Surtout que les personnes qui disent ce genre de choses ont clairement la même tronche que moi, dans mes mauvais jours. Si ça m’ennuie, je le leur signifie gentiment (ou moins gentiment).

Mon amour-propre

Donc il y a cette règle qui impose qu’on se barbouille le maquillage pour effacer toute trace anti-professionnelle de ton faciès, les commentaires désobligeants des gens, et puis, il y a l’image qu’on a de soi sans maquillage.

En effet, avant de travailler à temps plein, je me baladais sans maquillage et sans me poser de question et personne ne voyait rien. Sauf que, avec le temps, j’ai développé des cernes perpétuels et une pâleur générale qui ne s’en vont qu’avec une bonne semaine de repos. En outre, avec l’âge, la pollution, la fatigue, le stress et le maquillage, le grain de ma peau est beaucoup moins fin et joli qu’il ne l’était il y a cinq ans. Rien de bien méchant, ceci dit. Mais je le remarque, moi, et ça me gêne.

On peut dire que les effets de la vie ont mis un coup dur à mon amour-propre. Je ne suis pourtant pas superficielle, à la base. Mais j’ai du mal à voir mon apparence changer. Ces derniers temps, j’arborais des rougeurs et l’habituel combo cernes-pâleur, et cela mis un frein à ma résolution de zapper le maquillage. Il y a peu je me suis retrouvée en arrêt maladie et je n’ai pas maquillé mon faciès du tout. Après avoir passé une semaine à me reposer, la situation s’est améliorée à tout point de vue. Ma peau s’était embellie, mon teint était redevenu humain et j’ai ré-appris à me regarder sans mépris.

Je suis revenue au boulot, plus fatiguée que jamais, mais en sachant que ce visage aux traits tirés que j’arbore ne définit qu’un état de santé/fatigue, et non pas la tête que je tire tous les jours. Je vais même te dire, ces derniers temps, avant que je ne reprenne le boulot, on me disait que j’avais bonne mine et que j’avais un joli visage.

Conclusion

Il m’a fallu du temps pour que la pièce tombe et que je me rende compte que la fatigue n’est pas un masque dont on ne peut se défaire. De plus, je ne vais pas commencer à laisser le patriarcat me dicter ma conduite alors que, depuis l’âge de 12 ans, la furie belliqueuse et entêtée que je suis à toujours fait fi de ces idées sexistes. Quant au regard d’autrui, ils sont logés à la même enseigne. Et s’ils ne le sont pas, parce qu’ils ont le luxe de pouvoir se reposer régulièrement, ben on peut se permettre de le leur rappeler. On peut aussi les bannir de son entourage. Les personnes toxiques et les mal-appris n’ont pas leur place dans une relation fonctionnelle d’humain à humain.

Voilà mon roman achevé. Il me semblait juste de l’écrire, dans le cas où certaines personnes craindraient de se balader sans maquillage. Je te fais des bisous et te dis à bientôt.

Xx Lily

Publicités

23 réflexions au sujet de “Comment j’ai appris à zapper le maquillage de ma vie”

  1. Bonjour Lily, pendant ma vie de jeune adulte, je me maquillais toujours très peu juste un peu d’anticerne et un RAL qui réhaussait très légèrement la couleur de mes lèvres. L’anticerne me servait aussi à atténuer les quelques imperfections. Rien d’autre alors je peux comprendre qu’à ton âge, le maquillage est loin d’être indispensable. Aujourd’hui, j’aime me maquiller et j’entends des réflexions tout aussi malveillantes à mon égard depuis que je me maquille plus intensément et je m’en moque éperdument car je fais ce que je veux. J’ai même eu une réflexion de la part d’une collègue qui a l’habitude de se maquiller comme un camion et je lui ai juste dit qu’il faudra prendre l’habitude de me voir dorénavant ainsi. Quoique tu fasses, tu auras toujours des critiques, alors fais ce qui te fait plaisir, c’est le sel de la vie. Bisous et passe un bon début de semaine

    Aimé par 1 personne

    1. Salut Isa! Effectivement, les gens font souvent des commentaires mal placés. Mais le coup du « t’as mauvaise mine! Ça va pas? » Mais laissez-moi être moche en paix quoi 😂 pareil pour le maquillage. Quand je suis revenue d’Amérique, où j’avais vécu un an (et trois ans en Irlande, juste avant ça), j’avais tendance à porter un maquillage plus appuyé. Habituée que j’étais devenue, à d’autres conceptions de la beauté au quotidien. Et les gens me le reprochaient, limite… j’ai l’impression qu’il n’y a pas de juste milieu! Bonne journée, bisous 😊

      Aimé par 1 personne

  2. Quand ma femme est épuisée, au bord du burn-out, elle arrive au boulot sans maquillage.
    Le lendemain, elle pose un arrêt et personne n’ira remettre en question le bien-fondé de celui-ci, « vu la tête qu’elle avait la veille » dixit des collègues bienveillants …

    Aimé par 2 personnes

      1. Oui, juger la santé de quelqu’un un sur son apparence, je trouve cela moyen aussi. Mais nous sommes dans une société tellement superficielle … Quant à ses collègues … à ce niveau-là, peut-elle les appeler collègues ? Ah, le milieu professionnel. L’ on n’y a pas que des amis !
        Et pour nous les hommes, niveau « laisser aller », le seul truc qui peut faire ressortir un état de fatigue et de décrépitude avancée, c’est la barbe de deux ou trois jours !

        Aimé par 1 personne

  3. Coucou !! Très bon article. Je suis d’accord avec toi, pour le maquillage. Dans tels circonstances tu peux te maquiller et pour d’autres tu te dis c’est une obligation (mariage, soirée…), mais tu n’est pas dans l’obligation de mettre un maquillage farfelue ou bling bling.

    En outre, une drôle de coïncidence. Depuis la semaine dernière, et hier soir, je me tâte à parler de quelque chose. C’est sur l’aspect physique, mais quelque chose de précis. Je pense que j’en ferais un article, voir une vidéo.
    Je ne sais pas encore.

    Et au niveau de cette phrase:  » Les personnes toxiques et les mal-appris n’ont pas leur place dans une relation fonctionnelle d’humain à humain. »

    Je suis tout à fait d’accord avec toi, une personne toxique, ou qui est toujours de mauvaise humeur, ou qui se plein, ou qui ne voit que du négatif….
    Ce n’est pas une personne avec qui j’ai envie de parler et de sympathiser.

    Par contre, dommage que l’on soit à plusieurs kms. Ce voir face à face me raviserais. 🙂

    J’ai écris un article sur un produit que tu as parlé sur ton blog, voici le lien: https://marinahito.wordpress.com/2019/05/04/skin-care-retour-sur-un-produit/

    Passe une agréable journée !!
    Bisous, 🙂 ❤ .

    Aimé par 2 personnes

  4. C’est drôle parce que je me suis maquillée très tardivement. J’ai 27 ans et j’ai du commencer à 24, au début de ma vie active. C’était une manière pour moi de « faire grande », d’enfiler un costume et surtout, de ne plus passer pour la stagiaire. Je me maquille donc uniquement pour aller travailler et sinon, je laisse ma peau tranquille et respirer ! J’espère qu’elle m’en voudra pas 😉

    Line de https://la-parenthese-psy.com/

    Aimé par 1 personne

  5. Très bon article, les commentaires aussi m’ont interpellé, j’ai été à une époque la fille qui masquait sa fatigue et son mal-être sous le maquillage, quand je disais que j’étais à bout « ben non regarde, tu as l’air bien ». Maintenant, j’ai décidé d’envoyer bouler les gens, pas d’anticernes ni de fond de teint (n’en déplaise à Christina) comme ça, ils peuvent suivre en direct mon état de fatigue et par contre si je suis d’humeur joyeuse, j’ai du fard à paupières qui pourrait rendre jalouse une perruche (voire même y aura des paillettes si vraiment je suis trop au taquet). Je décide de me maquiller ou non et je ne laisse plus le qu’en dira-t-on prendre le pas!

    Aimé par 1 personne

  6. Lorsqu’on a la chance d’avoir un si joli visage, je me demande pourquoi tu aurais besoin de le cacher sous des couches de maquillages !
    Quelques touches pour le mettre en valeur et cela suffi, à mon sens. Cependant, je comprends très bien que cela peut rassurer.
    Merci pour ce partage !
    Belle soirée

    Aimé par 1 personne

  7. bonjour, comment vas tu? il est top ton article. alors je plaide coupable aussi. j’ai vraiment du mal à sortir sans make up, surtout pour aller au boulot. je commence depuis peu à etre capable d’aller au bout de la rue pour aller chez mon frère, sans make up le dimanche 😉 étant malade chronique, travaillant au contact du public, j’ai l’impression que si je ne suis pas maquillée, c’est écrit en gros sur ma tronche: malade et mocheté. ya du boulot à faire 😉 passe un bon mardi et à bientôt!

    Aimé par 1 personne

  8. Très, très bel article !

    Si le fait d’avoir abandonné le maquillage te permet de te sentir plus libre d’etre « toi même », je te soutiens au 100%.
    Je comprends pleinement donc les raisons qui ont motivé ton choix, mais, en revanche, je ne suis pas tout à fait d’accord sur la motivation du maquillage en sois car je ne m’y reconnais pas. Personnellement je ne me maquille pas pour seconder une quelconque pseudo-imposition sociale ; ni pour cacher quoi que se soit. Je vis le fait de me maquiller comme un plaisir ; un petit moment rien que à moi où je laisse mon coté créatif libre de s’exprimer. Et justement, en tant que moment de plaisir librement choisi, cela permet d’affirmer un peu plus ma personnalité : peu importe ce que les autres en pensent ! Je ne me maquille pas tous les jours et je ne porte pas le maquillage une journée entière. Je fait attention à choisir des produits adaptés à mon type de peau et je prends grand soins de mon épiderme. Et de manière générale le fait de ne pas avoir envie de jouer avec mon makeup signifie que je traverse une période moins au top que d’habitude.

    Là où je te rejoins complètement c’est justement l’importance qu’on attribue au regard d’autrui. Bien trop souvent on se laisse conditionner par les opinions des autres, qu’il s’agisse de proches ou bien des médias qui nous bombardent continuellement avec images plus ou moins explicites de « comment il faut que nous soyons ». Et malheureusement cela ne se limite pas que au maquillage..

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou! Je suis d’accord avec toi. Je n’ai pas dit que le maquillage ne se résumait qu’à une imposition sociale. D’ailleurs, j’aime beaucoup me maquiller. Sauf que je préfère choisir les moments où je le fais et pas quand cela m’est imposé. Je ne sais pas si j’ai bien explicité la nuance. J’ai du mal à m’exprimer aujourd’hui… Le maquillage en soi n’est pas une imposition mais il y a une impositiom sociale du maquillage au boulot. Voilà ce que je voulais dire. Et c’est cela qui me casse les pieds. Sinon j’ai acheté quelques petites palettes avec teintes néon que j’ai hâte d’utiliser pour voir quels effets « perroquets » je peux en tirer 😊 belle journée

      Aimé par 1 personne

      1. Oui je comprends ton point de vue. Malheureusement le monde du travail est trop souvent cruel socialement parlant… je suis convaincue que les remarques qu’on reçoit a ne sont pas toujours si innocent ou fait sans réfléchir. Au contraire, pointer la fatigue sur notre visage équivaut à miner notre équilibre et notre confiance, surtout quand cela vient de quelcun qu’on fréquente « parce que il le faut ». Nos proches savent pertinemment pourquoi un tel jour on a une mauvaise mine… 🙂
        Dans ce sens, c’est une belle initiative dont tu nous parles ici ! Si tu as un account Instagram tu devrais nous proposer un #jourautravailsansmaquillage pour soutenir ta cause !!

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s