Guide de survie de maman, Non classé, Psychopote, Santé, Sérénité

L’annonce de ma grossesse

Ceci pourrait bien commencer comme les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire, mais avec un peu de recul, je peux dire qu’il n’en est rien… Enfin, pas tout à fait!

Une situation délicate

Cela faisait quelques mois que je désirais ardemment devenir maman mais je m’étais mis en tête que cela ne serait pas facile. Et pour cause! Je souffre, depuis quelques années d’endométriose. Ayant été opérée, deux ans auparavant, après la découverte fortuite d’un nodule très mal positionné, je m’étais dit que c’était peine perdue. À tort.


Je tiens, d’ailleurs, à souligner que c’est en prenant l’avis d’un autre gynécologue, après que mes plaintes et mes douleurs chroniques n’aient jamais été écoutées avec attention, que l’on a posé cet horrible diagnostique. Choisis bien ton spécialiste, mon p’tit. 


Il ne m’a fallu que quelques mois pour devenir enceinte, sans l’intervention d’un traitement hormonal. J’encourage, donc, les femmes souffrant de ce mal à ne pas perdre espoir, car tout est possible. Et que c’est en n’y pensant pas et en se laissant vivre que cela arrive (je sais, le gros cliché).

@laetitiacroes

 

Une surprise d’anniversaire

L’année dernière, à cette période, je suivais un stage dans le cadre de ma formation en bio-esthétique. Une ouvrière, sur mon lieu de stage, venait de m’annoncer, non sans amertume, qu’elle était tombée, accidentellement, enceinte de jumeaux, alors qu’elle n’avait pas le désir d’être mère. J’étais alors partie d’un grand rire devant son air décontenancé, pour ensuite me souvenir que mes dernières règles remontaient à bien longtemps.

Je venais de fêter mon 29ème anniversaire quand j’ai poussé la porte de la pharmacie pour y acquérir un test de grossesse. La pharmacienne me conseille, alors, vivement d’attendre le petit matin et mes premières urines pour assurer la fiabilité du résultat. Je sais ce que tu vas te dire, mon p’tit! Personne n’attend jamais. Sauf moi… J’ai attendu en silence en préparant le souper, en pliant le petit linge et en allant me coucher. J’ai évidemment passé une très longue nuit et me suis réveillée à de nombreuses reprises.

Vers 5h00 du matin, je ne tiens plus. Je sors du lit, vêtue de ma combi-koala (cette histoire prend une tournure tragique, je sais), et me rends illico presto aux toilettes pour faire ce fichu test. J’attends bien sagement en posant le pee-stick sur le carrelage, devant moi. Et là, j’ai eu la très grande surprise de voir les deux barres s’afficher…

J’ai d’abord secoué énergiquement le test, pour voir s’il n’y avait pas d’erreur (imagine un koala secouer un test de grossesse), pour ensuite contacter ma collègue de travail, à 5H00 du mat’… avant de l’annoncer à mon compagnon.

 

Un jour de travail pas comme les autres

Arrivée au bureau, je ne tenais pas en place. Je me sentais toute chose, mais pas dans le bon sens. J’étais soudain stressée et hors d’haleine. Je n’ai pas trop compris pourquoi. Je pense que mon corps a pris conscience de certains symptômes qu’il avait ignoré jusque là. C’est même là que j’ai compris pourquoi j’avais été prise de nausées en pleine dégustation de gaufre, une semaine plus tôt!

J’ai osé la photo en pyjama en pilou 😂

Je ne comptais annoncer cette nouvelle à tout le monde qu’à partir de mon deuxième trimestre de grossesse. Tu vois, quand on dit que la grossesse est « sure »? Rapport que j’avais une trouille d’enfer de faire une fausse couche et de ne plus jamais avoir la chance de concevoir, vu mes antécédents médicaux. Cependant, j’ai été prise d’un désir irrépressible de faire un second test. Alors que je sortais des toilettes, en cachant le test derrière mon dos, une autre collègue, accompagnée de ma tante, font irruption dans le couloir. Oups… Ben pour la discrétion, on repassera. Du coup, plusieurs personnes l’ont su, alors que je n’en étais qu’à 5 semaines d’aménorrhée.

L’annonce à ma mère fut des plus malaisante. Je ne sais pas pourquoi j’ai eu autant de mal à annoncer à mes géniteurs que j’étais en cloque… J’ai posé la chose l’air de rien au beau milieu d’une conversation sur les champignons : »au fait, maman, je suis enceinte. » L’Irlande m’aurait-elle à ce point changée?

 

L’annonce officielle

Dès que j’ai eu les résultats de ce fameux DPNI (dépistage pré-natal non-invasif), j’ai annoncé au monde entier (mes contacts Facebook) que j’attendais un enfant. En Belgique, on réalise une prise de sang au cours de la fin du premier trimestre, afin de récolter l’ADN du bébé dans le sang de la mère. Cet échantillon subit un traitement et une analyse hautement sophistiqués dans un laboratoire du centre du pays. Ce test a pour but de déceler une éventuelle trisomie et, par conséquence, permet de définir le sexe de l’enfant.

Dès que l’heureuse nouvelle m’est parvenue, que la petite graine de jeune fille qui poussait dans mon ventre était en bonne santé, j’ai pu respirer un bon coup. J’y suis allée dans le cliché avec cette photo:

La magnifique couverture a été tricotée avec amour par ma mère.

Encore une fois, mon article est posté avant que je ne l’achève et je m’en excuse. Je voulais partager mon petit rayon de soleil et envoyer un message d’espoir à toutes celles qui ont des petits ou gros bobos et qui rêvent de devenir maman. Et surtout, ne vous mettez pas la pression sur la manière d’annoncer votre grossesse, ni sur le nombre de personnes qui l’apprennent avant ladite annonce. C’est une bonne nouvelle, après tout.

Gros bisous et à bientôt, mon p’tit!

Xx Lily

 

16 réflexions au sujet de “L’annonce de ma grossesse”

  1. Ouuuaaaaaiiiis tagadak pouet pouet!!
    Félicitations et bienvenue dans le monde fabuleux de la maternité (c’est sarcastique, mais en fait en vrai c’est génial mais bon on morfle un peu quoi).
    Hate de lire la suite. Le coup du koala qui secoue son test à 5h du mat m’a fait éclater de rire au bureau :p
    Bon weekend!
    Hip hip hip hourrah pour bébé koala!

    Aimé par 1 personne

  2. Felicitations !!!! Et bienvenue au club !!!
    Je suis maman depuis 2 ans maintenant et…je cherche toujours le mode d’emploi ^^

    On réagi toutes de manière irrationnelle face aux deux lignes : moi j’ai refait le test trois fois les trois premiers mois juste pour être vraiment sure que c’était vrai…^^ Tout le monde m’avait parlait oeufs blanc et fausses couches après 30 ans : pour moi le premier tentatif avait été le bon, c’était surement un erreur !!
    Mais j’avoue que la chose la plus dure et hyper compliqué depuis le pee-stick a été.. la reprise du travail !!! (et accepter que rentrer dans mes habits d’avant grossesse ce ne sera pas pour tout de suite…)

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s